Grafisch Ontwerp

Toulouse

C’était tout un sprint! Je suis partie jeudi soir, directement après le travail, direction Toulouse. Le but du voyage était de rendre visite à mon frère et aussi de mettre le pied, pour la toute première fois, en sol français.

Arrivée à l’aéroport Blagnac, j’ai sauté dans la navette en direction du centre-ville. Une fois arrivée à destination j’ai tenté de rejoindre Jean. Impossible: en France, si vous avez besoin de faire un appel dans une cabine, munissez-vous d’une carte d’appels car les téléphones n’acceptent pas les pièces. Heureusement un gentil monsieur propriétaire d’un restaurant sur Jean-Jaurès m’a permis de téléphoner.

On appelle Toulouse la ville rose à cause des briques utilisées pour la construction des bâtiments qui la composent. C’est une coquette ville où on peut sentir que le temps a passé et a laissé des traces. Ses rues sont étroites et complètement entremêlées. J’ai eu du mal à m’y retrouver et à savoir où j’étais dans la ville (nord, sud, est ou ouest).

Maison où Jean habite

Pour déjeûner, une succulente brioche aux raisins. Ils s’y connaissent en pâtisseries! La température est superbe; il fait soleil et près de 30 degrés mais ce n’est pas humide. Alors en après-midi, nous sommes allés faire un tour chez Alex pour faire une saucette.

Nous avons ensuite soupé dans un bon restaurant à tapas (Mas y mas) puis nous sommes allés nous asseoir sur la terrasse du St-Pierre pour voir les Français péter leur coche devant le match de foot (qu’ils ont gagné).

Samedi, petit tour au musée d’art contemporain Les Abattoirs. Où est Charlie?

Les Abattoirs

Puis encore une saucette chez Alex…

Baignade à St-Cyprien

Et c’est la Saint-Jean! Alors que faisons-nous? Une bouffe chez Joey et après, le party (il faut dire que les amis de Jean sont en majorité des Québécois)! Tounes de Paul Piché, des Cowboys Fringants, de Jean Leloup… ça swingne la bacaisse dans la cabane! Champagne et vin coulent à flots. Comble de l’ironie, nous finissons la soirée dans un bar anglais où quelques uns enfilent une Guiness et jouent aux dars.

Puis dimanche Jean et moi décidons de prendre ça un peu plus tranquille. En fin de journée nous sommes allés au cinéma pour voir un faux documentaire : «Dans la peau de Jacques Chirac». C’était marrant mais sans plus.

Et aujourd’hui, mon avion était en fin d’après-midi alors j’ai passé toute la journée à tourner en rond dans la ville après avoir fait un tour au Centre de l’affiche (qui m’a beaucoup déçue). Je dois dire que la facture graphique de la France ne m’attire aucunement et je m’en suis doublement rendu compte. En général, j’y vois une grosse lacune en typographie et en l’utilisation de la grille. C’est un «free for all» partout, bref c’est vraiment laid.

Et puis selon vous, où est la consigne à bagages? En bas? Non, c’est tout droit devant vous.

Signalisation gare de Toulouse

J’étais bien contente de revoir mon frère et de parler québécois (même si j’ai dit «man» un peu trop souvent). La nourriture était délicieuse (même si je n’ai pas pu en profiter à fond) et la température plus qu’excellente (si on exclue l’orage qui a frappé après notre soirée bien arrosée de la St-Jean où on se promenait dans la rue avec des serviettes sur la tête pour ne pas se faire mouiller). Maintenant, c’est home sweet home Rotterdam. Je dois me remettre dans le mode métro-boulot-dodo.

Salut à toute la gang de Québécois chez Airbus, vous êtes vraiment cool!

Comments Off on Toulouse

Publié dans la catégorie Voyage, le 26 June 2006

Les commentaires sont fermés.