Grafisch Ontwerp

Lame excuses for not being a web professional

Cet article ayant pour titre « Lame excuses for not being a web professional » m’a été transmis par Tobie Langel avec qui je travaille en ce moment. J’invite particulièrement les designers graphiques et les programmeurs à le lire.

Si vous faites (POMME +) ou (CTRL +) pour augmenter la dimension de la typographie, vous constaterez que le site en question utilise le design élastique dont je parle depuis maintenant quelques semaines. Comme quoi faudrait vraiment que je m’y mette!

P.S.: J’aimerais bien avoir les commentaires d’Étienne, Spé et Patrick T. sur le sujet de l’article ci-haut mentionné. Les commentaires d’autres personnes sont, bien sûr, les bienvenus.

P.P.S.: Merci de patienter, le design de mon blog est encore a work in progress.

Publié dans la catégorie Design /Liens, le 10 April 2007

10 réponses à Lame excuses for not being a web professional

  1. Par Patrick 

    le 12 April 2007 à 16:02

    100% d’accord. J’ai rencontré chacun de ces problèmes et il a raison sur ça vision des dits problèmes.

    J’aime aussi beaucoup l’item 1 du premier commentaire. Un peu abusif comme phrasé mais le fond est bon ou au minimum c’est le cas 95% du temps sur le web ou “design” doit égaler “concevoir” et ça implique solutionner des choses, accepter les contraintes. Un site web c’est un site web, pas un poster.

  2. Par Marie-Claude 

    le 12 April 2007 à 16:22

    « Un site web c’est un site web, pas un poster. »

    Oui, tout à fait et c’est le problème qu’on la majorité des designers : ils veulent tout contrôler alors que justement, sur Internet, c’est l’utilisateur qui contrôle.

    Merci Patrick pour ton commentaire.

  3. Par heri 

    le 12 April 2007 à 20:33

    si tu utilises une mise en page élastique, tu ne peux pas utiliser un ‘grid’, pour que les textes sur 2 colonnes différentes, avec 2 tailles différentes, puissent être alignés.

    ce qui est possible avec des px.

    sinon l’article c’est juste un problème de vocabulaire. ‘web designer’ est encore un mot nouveau. pour d’autres, c’est un artiste graphique, comme les graphistes de Revolver3. pour certains, un web designer se préoccupe de transmettre l’information.

    il suffit juste de demander aux gens ce qu’ils veulent par web designer.

  4. Par Marie-Claude 

    le 12 April 2007 à 21:36

    Pour moi, un web designer, c’est quelqu’un qui conçoit l’interface visuelle d’un site web. Il peut également participer à l’architecture de l’information, quoi qu’il existe des gens spécialisés dans ce domaine.

    Et pour moi, un « artiste graphique » ça n’existe pas. Un artiste oui. Un graphiste oui. On peut être les deux mais séparemment puisqu’un graphiste répond à une commande et doit communiquer un message de manière fonctionnelle. L’artiste lui, communique son message à lui et à sa façon. Bref, un débat sur lequel je ne voudrais pas m’engager parce que trop complexe.

  5. Par heri 

    le 13 April 2007 à 6:00

    oui – d’ailleurs comme c’est pas mon domaine, je fais partie des gens qui doivent mélanger le sens des mots.

    Mais toi tu te définis comme un web designer (un web professionnal) maintenant, ou comme designer graphique et illustratice comme est indiqué à droite?

  6. Par Marie-Claude 

    le 13 April 2007 à 7:10

    Disons qu’en ce moment je suis plus généraliste : je suis donc designer graphique. Je ne me suis pas spécialisée sur Internet même si je suis consciente que j’en connais beaucoup plus à ce niveau que d’autres généralistes de ma profession.

    Et l’illustration je n’en fais pratiquement plus même si c’est quelque chose que j’aime et que je voudrais continuer à faire (voilà pourquoi je l’indique à côté de « designer graphique »).

    Mais enfin, contrairement à ce que tu dis, l’article en question ne me cause pas de problème au niveau des mots. Ce qu’il dit en fait, c’est que beaucoup de gens pratiquent le métier de web designer sans vraiment s’intéresser au médium, sans le considérer pour ce qu’il est. C’est ce qu’il faut changer…

  7. Par Étienne 

    le 14 April 2007 à 17:19

    J’ai rarement été confronté aux “excuses” dont il est question dans l’article (par chance), mais je suis d’accord avec l’auteur. Disons que le web, comme médium, est plus complexe à comprendre qu’une feuille de papier; ça explique pourquoi aussi peu de gens l’utilisent correctement.

    Concernant les mise en pages élastiques : il faut les distinguer des mise en pages construites en ems. Une mise en page élastique s’adapte à la taille de la fenêtre (rarement souhaitable, à mon avis, mais c’est un autre sujet), tandis qu’une mise en page construite en ems s’adapte à la taille du texte spécifée par le fureteur (une bonne chose, mais parfois complexe à implanter).

  8. Par Marie-Claude 

    le 14 April 2007 à 19:27

    Merci Étienne pour ton commentaire.

    Je dois seulement préciser que, lorsque je parle de design élastique, il s’agit plutôt d’un design qui, lorsque le texte est augmenté, s’extensionne dans les mêmes proportions. Tu peux voir un exemple à cette adresse : http://www.htmldog.com/articles/elasticdesign/demo/

  9. Par Étienne 

    le 14 April 2007 à 20:06

    Tu as raison, c’est moi qui me suis trompé dans les termes : ce que j’appelais à tort un design élastique s’appelle en fait design liquide. Un design élastique est ce que tu décris.

  10. Par Marie-Claude 

    le 14 April 2007 à 21:03

    J’avais oublié le terme pour « design liquide ». Merci de la précision.

Inscrivez-vous aux commentaires RSS